Isabelle LARCHE

Isabelle Larche 20210317-DSC_7524-Edit-1
  • LinkedIn
  • Le Petit Journal

Née à Paris, j’ai grandi à Perthes-en-Gâtinais (Seine-et-Marne) dont les grandes étendues plates balayées par les belles averses de novembre m’ont très vite donné des envies de voyages et d’ailleurs ! Heureusement, ma mère a fait une longue carrière chez Air France et l’avion me fut tout de suite plus familier que la voiture. J’ai eu la chance de voyager très tôt et de façon intense. Ce goût des voyages ne m’a jamais quittée.

Après mon BAC et deux années d’école préparatoire HEC, je rejoins sans hésiter Sup de Co Rennes (qui n’avait à l’époque qu’une année d’existence), car c’est la seule école qui offrait la possibilité à 100% d’une promotion de faire sa 3e année en échange universitaire à l’étranger (dans des lieux parfois aussi exotiques que le Labrador). J’ai eu la chance de rejoindre une université offrant un double diplôme (MBA) à côté de San Francisco.
J’ai démarré ma carrière dans une magnifique entreprise familiale qui m’a permis de combiner mon cursus scolaire à ma passion : le théâtre. Après 4 années passionnantes, j’ai rejoint Andersen Consulting pour un long parcours intense de près de 10 ans.

En 2001, le virus du voyage me rattrape pour de bon et avec mon futur mari, nous décidons de nous offrir une année sabbatique, sac à dos, à travers l’Asie-Pacifique. Nous atterrissons le 11 septembre 2001 à Jakarta, je fête mes 30 ans dans le petit restaurant de l’Alliance Française à Bogor.  12 mois de coups de foudre. Notre décision est prise. Nous reviendrons pour de bon.

2008, un petit garçon de quelques mois et deux grosses valises. Nous arrivons à Singapour plein d’envies et de volonté. Il faudra aussi une bonne dose de courage pour traverser cette première année, en pleine crise financière, sans emploi, sans contrat à notre actif. Avec une private limited toute neuve et quelques brochures à distribuer.

De cette période de doute et de peur, je garde le goût de la gratitude, pour ceux qui nous ont tendu la main, nous ont fait confiance et une très grande envie de redonner et de contribuer. Je me suis très vite engagée dans des programmes de Mentorats et de Parrainages pour aider à mon tour de jeunes professionnels et jeunes entrepreneurs français de l’étranger. Et j’aime tout particulièrement jouer le trait d’union entre des personnes qui peuvent donner à ceux qui ont besoin de recevoir. Ces rôles peuvent toujours s’inverser.

 

Pourquoi me présenter à ces élections consulaires ?

 

Je me présente pour rejoindre une équipe qui m’a séduite et convaincue. La variété de nos parcours n’a d’égal que la solidité et la sincérité de nos engagements. Soutenir et mettre en avant les Français de l’étranger est devenu pour moi une évidence, un devoir. Une passion dans laquelle je saurai mettre toute mon énergie. Avec une attention toute particulière pour un sujet que je connais bien : les EFE. Ces Entreprises créées par des Français de l’étranger, qui contribuent tant au rayonnement de la France et qui ne sont pourtant sur aucun des radars – en France comme à l’étranger. Nous en avons vu les terribles conséquences pendant cette longue année 2020...

Je suis fière d’avoir été choisie pour rejoindre cette équipe dont je partage les valeurs : la solidarité, la passion de l’engagement et tant d’autres.
 
Et avec un grand père, parti à 16 ans en Afrique où il deviendra serial entrepreneur et quelques années plus tard Sénateur de la Communauté, puis Député du Sénégal (à l’indépendance), avec mon frère lui-même, Maire de son village (il est resté fidèle à Perthes-en-Gâtinais, la pluie ne lui fait pas peur), j’ai le sentiment de mettre mes pas dans les leurs pour un beau voyage au service des Français de l’étranger.