Thyda HAUSHEER

AnneValluy_thyda-035p copy.jpg
  • LinkedIn
  • lpj-logo-resp

Responsable Migrations Cloud pour la région ASEAN, je travaille à Singapour depuis 9 ans où mon mari et nos 3 enfants embellissent ma vie. Je m’implique activement au sein du réseau French Grandes Ecoles, de l'Association des Francophones Asiatiques de Singapour (AFAS) et de l’ONG cambodgienne Krousar Thmey.

 

Aider mon prochain est le prolongement de mes convictions et m’apporte beaucoup de satisfaction personnelle. J’estime avoir beaucoup reçu de la France, ma terre d’accueil, et je souhaite redonner à la communauté en me mettant au service des Français de Singapour.

Née au Cambodge, j’ai fui la guerre avec ma famille. Nous sommes arrivés en France en T-shirt en plein hiver. J’avais 6 ans et je ne parlais pas un mot de français. Mon intégration, c’est à l’école de la République que je la dois. Après des études supérieures en France et au Canada et un début de carrière à Paris, Londres et New York, mon mari et moi-même sommes partis tenter notre chance à l’étranger avec un bébé d’un an dans les valises ! Depuis notre arrivée à Singapour, il y a presque 9 ans, nous avons rencontré beaucoup d’autres profils « d’aventuriers » et constaté la grande diversité des parcours qui contraste avec l’image monolithique de « l’expat » qui est souvent véhiculée en France métropolitaine.

Je me suis toujours intéressée à la gestion des organisations et à leur bon fonctionnement. J’ai commencé ma carrière en tant que contrôleuse de gestion et manager des systèmes d’information à la Société Générale à Paris, Londres, New York, puis de retour à Paris. J’ai ensuite fait du Conseil chez PwC pendant 4 ans. A Singapour, j’ai rejoint Standard Chartered Bank en tant que chef de projet et conduite du changement, puis différents postes dans des programmes de transformation digitaux et stratégiques. Aujourd’hui, j’accompagne des clients dans leurs migrations vers le Cloud.

Du fait de mon histoire, il est important pour moi de participer au développement des relations entre la France et l’Asie, en particulier à travers la promotion de la culture française, la francophonie (pour laquelle j’ai été maître de cérémonie à l’Alliance Française en 2015) et l’usage d’autres langues asiatiques. Par le passé, on a voulu me « mettre dans une case » en me demandant de choisir si j’étais « française, chinoise ou cambodgienne ». Aujourd’hui, je choisis d’embrasser toutes mes origines passées et présentes et d’être enrichie de tous ces apports. C’est aussi dans cet esprit d’inclusion que je conçois la fonction de Conseiller des Français de l’étranger.

 

Pourquoi me présenter à ces élections consulaires ?

 

Aider mon prochain est le prolongement de mes convictions et m’apporte beaucoup de satisfaction personnelle. J’ai beaucoup reçu de la France, ma terre d’accueil, et je souhaite aujourd’hui redonner à la communauté en me mettant au service des Français de Singapour.

 

Le Conseiller des Français de l’Etranger est ce lien de proximité avec vous pour défendre vos intérêts et vous aider dans toutes vos démarches administratives et sur des sujets tels que : la participation à la vie publique (élections et autres), le rapatriement pour des raisons sanitaires comme le covid-19 et la fermeture des frontières, les actions d’aide à la recherche d’emploi avec les French Grandes Ecoles, l’AFAS via des referrals, du coaching et des simulations d’entretiens et de solidarité avec les conseils et partage d’informations sur les problématiques de visa de travail et de retour sur Singapour , l’enseignement, les bourses scolaires … Le Conseiller des Français de l’Etranger a également un rôle de représentation politique. Personnellement, je crois en une gestion responsable des finances publiques. Il est de notre responsabilité de réduire notre dette publique et notre empreinte écologique afin d’assurer un avenir à nos enfants.

 

Le particularisme et la diversité des Français de l’étranger sont trop souvent oubliés par les politiques en métropole. De la fiscalité au système des retraites, il est important de faire entendre notre voix.

 

Alors, en mai prochain (du 21 au 26 par internet et le 30 à l’Ambassade), Votez !